Jubilé… 60 ans au service de l’Église « Ça vaut le coup ! »

paroisse-saint-francois-des-coteaux-vertou-pere-louis-priouLe temps qui s’écoule et que nous connaissons tous sur terre est celui de la nature et des événements qui composent l’Histoire des hommes et de leurs communautés.
Ces événements nous paraissent pour certains très anciens, et pour d’autres plus proches, jusqu’à ceux dont nous sommes nous-mêmes contemporains et parfois acteurs. Nous aimons faire mémoire du passé et nous en souvenir régulièrement à travers les anniversaires que nous célébrons volontiers en certaines occasions. Quand il s’agit d’événements heureux, on les appelle « jubilés », tant dans la vie profane que religieuse. Tout au long de la Bible, nous voyons les jubilés célébrés par le Peuple de Dieu avant Jésus, et par son Église après lui. L’un des plus importants est sans aucun doute celui de Pâques, pour la libération des Hébreux autrefois et la Résurrection de Jésus chez les chrétiens. À Noël, c’est la naissance de Jésus, que nous venons de fêter, l’Incarnation de Dieu, Esprit éternel et infini, qui vient partager notre existence humaine dans les limites naturelles de notre état de créatures, lui qui est notre Créateur.
Affirmer que Dieu vient se mettre à notre niveau pour mener avec nous une humanité authentique, c’est dire l’importance que doit avoir pour lui la vie des hommes sur la terre. Alors oui, « Jubilez, criez de joie ! » car l’Emmanuel, Dieu avec nous, veut nous voir heureux, dans la joie, le bonheur et l’amitié avec lui.
Par la grâce de Dieu, c’est aussi un jubilé personnel que je peux célébrer en ces jours autour de Noël. En effet, le 23 décembre 1961, j’ai été ordonné prêtre pour la Société des Missions Afri- caines (SMA). Soixante années au service de l’Église et de sa Mission, plus précisément en Côte d’Ivoire où j’ai séjour- né avec bonheur entre 1967 et 2002. Et maintenant je suis heu- reux aussi de pouvoir poursuivre encore cette même «mission» autour de l’église de Vertou qui est celle de mon baptême dont l’anniversaire est encore plus important que celui de mon ordination sacerdotale.
C’est pourquoi je termine ces quelques lignes en vous invitant à vous souve- nir davantage de ce qui fait la richesse spirituelle de tous les chrétiens quand, au baptême, nous recevons la plénitude de l’amour éternel du Dieu Trinité, Père, Fils et Esprit Saint, qui nous appelle à être et à vivre « à son image et à sa ressemblance », dans une charité vraie avec nos frères et tous nos proches, au quotidien.
Dieu veut vivre cet Amour en nous, avec nous et pour nous : c’est la vie et le bonheur qu’il nous donne. Il veut le vivre aussi par nous ; et ce sont alors nos relations avec le prochain qui deviennent le lieu de la mission personnelle confiée à chaque baptisé. Pour nous y aider, nous savons que nous pouvons toujours compter sur l’aide de Notre-Dame MARIE. C’est par elle que je fais passer aujourd’hui, avec vous, mon action de grâce.
Et si, maintenant, pour quelques jeunes baptisés au milieu de nous, l’idée venait de donner eux aussi à leur baptême la dimension d’un engagement à vie dans la consécration religieuse ou l’ordination sacerdotale, je les encourage volontiers. Ça vaut le coup ! Et à ceux et celles qui le feront, je souhaite de pouvoir en célébrer de nombreux anniversaires et jubilés…
Bonne, heureuse et sainte année 2022, tous ensemble.
Louis Priou, SMA.

Je consulte le bulletin paroissial du mois